Questions à se poser avant d’isoler les murs

Les murs font partie des accessoires d’une maison qui peuvent faire l’objet d’une isolation thermique et phonique. L’isolation, rappelons-le, est une technique qui permet de combattre les déperditions thermiques d’un foyer et d’empêcher les bruits extérieurs d’entrer dans la maison. L’isolation des murs est une opération qui soulève pas mal de questions dont voici les essentiels.

Pourquoi isoler les murs ?

Les façades d’une maison sont des zones où bruit et surtout chaleur peuvent circuler librement au détriment de ses résidents. Après les combles, les murs comportent aussi différents ponts thermiques responsables de la perte de chaleur dans maison. En effet, la chaleur qui s’amasse dans une maison peut sortir par différents endroits appelés pont thermique. Ce qui a pour conséquence d’augmenter les besoins de chauffage et donc les dépenses énergétiques d’un bâtiment. Aussi, l’isolation des murs doit être la priorité de ceux qui veulent réduire leur consommation d’énergie et donc leurs dépenses de chauffages. Par ailleurs, comme toutes les isolations thermiques, l’isolation des murs permet de diminuer son empreinte écologique c’est-à-dire son émission de gaz à effet de serre. Effectivement, les systèmes de chauffage intérieur consomment beaucoup d’énergie fossile qui émettent t une grande quantité de dioxyde de Carbonne(CO2) durant leur combustion.

Isolation thermique extérieure ou isolation thermique intérieures ?

Les façades d’un bâtiment peuvent être isolées aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur selon nos envies et nos moyens. L’un et l’autre de ces procédés présentent des avantages et des inconvénients.

Premièrement, l’isolation thermique extérieure (ITE) a l’avantage d’être plus efficace comparé à l’isolation de l’intérieur. En effet, cette opération est recommandée si on veut supprimer efficacement les ponts thermiques des murs. Par ailleurs, l’ITE permet également d’éviter les diminutions de surface habitables qu’occasionnent notamment les isolations de l’intérieur. Cependant, le principal inconvénient des ITE est leur coût très élevé et elles nécessitent également l’intervention de professionnels.

Deuxièmement, l’isolation thermique intérieure (ITI) d’une maison est moins coûteuse que l’ITE et est ainsi accessible à tous car sa réalisation est plus facile. Chacun peut l’effectuer sois même à condition d’avoir quelques bases solides en matière de bricolage. Toutefois, en raison de la discontinuité des murs intérieurs des maisons, l’ITI ne permet pas de supprimer totalement les ponts thermiques. De plus, les isolants posés du côté intérieur des murs d’une maison réduisent la surface habitable au sein du bâtiment où ils sont installés.

Lequel parmi les isolants existants choisir ?

Que ces soit pour les ITE que pour les ITI, les isolations peuvent être fait avec différents isolants.

Ces isolants se distinguent d’abord en fonction des matériaux avec lesquels ils sont construits. Il y a des matériaux minéraux (la laine de verre, la laine de roche, le verre cellulaire l’argile expansée, etc.), des matériaux synthétiques (le polystyrène expansé ou extrudé, le polyuréthane, etc.) et enfin les matériaux naturels (la fibre de bois, le chanvre, le liège expansé, la paille et la laine de coton). D’abord, les isolants minéraux se démarquent t en raison de leur prix bas comparé aux autres, mais ils sont tout de même moins résistant qu’eux. Ensuite, les isolants synthétiques sont très performants en termes d’isolations, mais sont peu écologiques. Enfin, les isolants naturels sont faits pour ceux qui sont très soucieux de la protection de la nature du fait de leur caractère très écologique. Par ailleurs, ce sont aussi de bons isolants (à part le lin).

Ensuite, ces isolants se distinguent en fonction de leur résistance thermique. Symbolisé par la lettre R et s’exprimant en m².K/W, la résistance thermique est la mesure de la performance thermique d’un isolant donné. C’est la nature du matériau et son épaisseur qui sont prises en compte pour déterminer la résistance thermique R. Donc, plus R est élevé, plus l’isolant est performant (la résistance R de l’isolant est marquée sur une petite étiquette que l’on trouve sur lui).

Enfin, ils se distinguent en fonction des caractéristiques de leurs poses. En effet, les isolants muraux sont posés soit en rouleau, soit en panneau. S’agissant de ces derniers, il y a même aujourd’hui des isolants en panneau prêts à poser pour faciliter l’installation.